Portail d'information sur l'assainissement communal

Situation au 31/12/2019 des stations de traitement des eaux usées ( mise à jour le 14/12/2020)

Non conformité équipement (Dimensionnement, exploitation de la station):

Les stations de traitement des eaux usées signalées en rouge ont un équipement épuratoire qui n'a pas permis de traiter correctement la charge de pollution qui leur est arrivée sur l'année 2020 au regard des exigences de traitement de l'arrêté national assainissement du 21/07/2015 modifié. Elles sont donc considérées comme non conformes en équipement. La date affichée de mise en conformité équipement correspond à la date prévisionnelle de mise en eau des nouveaux ouvrages ou d'achèvement des aménagements opérés sur le site pour cette mise en conformité.

Au 31/12/2020, sur les 74 millions en équivalents habitants (EH) de pollution générés par les agglomérations d'assainissement de 2000 EH et plus, il restera  3.1 millions d'EH qui ne recevront pas le traitement réglementaire soit 4.2 % des 4 015 stations de traitement des eaux usées (STEU) de 2000 EH et plus. On estime que chaque année environ 3 % du parc de station d'épuration sera à renouveler pour vétusté ou insuffisance de capacité de traitement (durée de vie d'une station d'épuration de 30 à 40 ans). Une centaine de STEU appartenant à des agglomérations d’assainissement de 2000 EH et plus devront être reconstruites ou réhabilitées chaque année.

Non conformité performances 2020 (le rejet des eaux usées traitées n'est pas conforme) :

Chaque année les services de l'Etat calculent la conformité en performances des stations de traitement des eaux usées. Les performances doivent être conformes aux exigences de l'arrêté national assainissement du 21/07/2015 modifié pour que les ouvrages soient déclarés conformes. Les stations de traitement des eaux usées en jaune sont celles qui ont été déclarées non conformes en performances en 2020 mais déclarées conformes en équipement. Cela peut signifier que :

  • la station de traitement des eaux usées a été mise en conformité équipement en cours d'année 2020 mais les analyses effectuées avant cette date n'étaient pas satisfaisantes.

  • il y a eu en 2020 un problème de dysfonctionnement exceptionnel qui ne se reproduira pas et qui ne remet pas en cause la conformité de l'équipement. L'exploitant et la collectivité doivent être attentifs au fonctionnement de leurs ouvrages

  • s'agissant d'un premier dysfonctionnement, Des mesures de mise en conformité des ouvrages s'imposent à la collectivité afin d'éviter que la station de traitement devienne à court terme non conforme en équipement.

Présentation des données sur la qualité des cours d'eau (données 2018) :

Les données de qualité des eaux de surface, ici disponibles, ne couvrent que le territoire métropolitain. Il s'agit de données provenant du site NAIADES d' Eau France. Ces données portent sur l'analyse physico-chimie (pH, DBO5, NH4+, PO4...) de la qualité du cours d'eau aux stations de surveillance (stations du Réseau de Contrôle et de Surveillance (RCS)). L'état du milieu a été déterminé conformément aux prérogatives de l'arrêté du 25 janvier 2010 relatif aux méthodes et critères d'évaluation de l'état écologique, de l'état chimique et du potentiel écologique des eaux de surface.
Les paramètres choisis, la demande biochimique en oxygène à 5 jours (DBO5), l'ammonium (NH4+) et les orthophosphates (PO4) sont des traceurs de la pollution issue des rejets urbains. Les dizaines de milliards d'euros investis depuis 1990 dans le traitement collectif des eaux urbaines résiduaires des collectivités a permis d'améliorer significativement la qualité des milieux récepteurs. En 2018, parmi les stations de mesure du RCS, seulement 0.29% pour la DBO5, 2% pour le NH4+ et 5% pour le PO4, restent non conformes à la qualité requise.

La DBO5 est un indicateur de la pollution liée aux rejets de matières organiques. Elle représente la quantité d’oxygène utilisée par les bactéries pour décomposer partiellement ou pour oxyder totalement les matières biochimiques oxydables présentes dans l’eau et qui constituent leur source de carbone (graisses, hydrates de carbone, etc.). Ce prélèvement d’oxygène se fait au détriment des autres organismes vivants du milieu aquatique. En ce qui concerne les eaux domestiques, environ 70% des composés organiques sont généralement dégradés après 5 jours et la dégradation est pratiquement complète au bout de 20 jours (processus d’autoépuration). Plus la DBO est élevée, plus la quantité de matières organiques présentes dans l’échantillon est élevée. C'est pourquoi les programmes de travaux permanents de prévention des fuites au niveau des réseaux (correction des mauvais branchements, réfection des ouvrages vétustes, diminution des eaux parasites) permettent de maintenir un système global de collecte qui n'impacte que faiblement les milieux récepteurs.

Le NH4+ résulte essentiellement de la dégradation aérobie de l’azote organique (protéines, acides aminés, urée…) lequel provient en grande partie, en milieu urbain, du rejet d’eaux usées non ou insuffisamment épurées. La dégradation du NH4 + en nitrites (NO2 - ) puis en nitrates (NO3 - ) via le processus de nitrification consomme de l’oxygène dissous et participe aux phénomènes d’eutrophisation. Le NH4 + en lui-même n’est pas nuisible mais peut se transformer sous certaines conditions en ammoniac (NH3), un gaz soluble dans l’eau et toxique pour la vie aquatique. Le NH4 + est en général rapidement absorbé par les organismes aquatiques mais il peut être présent en quantités importantes dans les eaux polluées par des matières organiques et peu oxygénées. Les stations de traitement des eaux usées étant majoritairement (plus de 80% des boues activées à aération prolongée, cela explique que le niveau de performance global du traitement de l'azote sur les stations d'épuration est tout à fait correct pour limiter l'impact des rejets azotés.

Les PO4 résultent de la dégradation par des bactéries de phosphates organiques provenant notamment du rejet d’eaux usées (métabolisme, poudres à lessiver, industries agro-alimentaires et chimiques…) et de l’utilisation d’engrais. Assimilables par les plantes et organismes photosynthétiques, ils interviennent de façon déterminante dans les phénomènes d’eutrophisation des cours d’eau et étangs. Le classement en zones sensibles à l'eutrophisation d'une grande partie du territoire national a permis d'imposer un traitement poussé du phosphore sur de très nombreuses grosses stations d'épuration. La prise en compte au niveau des performances des stations des exigences de qualité du milieu récepteur imposées dans les schémas directeurs et de gestion des eaux (SDAGE) permis d'avoir un parc de station de traitement des eaux usées (STEU) qui impacte faiblement les milieux récepteurs au niveau de ce paramètre (PO4).A noter que les STEU traitent en général 40 à 50% du phosphore sans ajout de réactif par rétention dans les matières en suspension et absorption par les bactéries épuratrices.

La poursuite de la mise en conformité des STEU et des systèmes de collecte qui leurs sont rattachés, la limitation des déversements par temps de pluie, la réduction des teneurs en phosphates dans les détergents vont permettre d'améliorer encore la qualité des milieux récepteurs.
Les objectifs de bon état de la directive cadre sur l'eau à l'horizon 2021 permettront d'exiger, là où il y a encore un impact des rejets urbains, des renforcements de traitement des STEU, essentiellement sur l'azote et le phosphore.

Guide d'utilisation

1. Boutons fléchés : cliquez sur ces boutons pour déplacer la vue vers le nord, le sud, l'est ou l'ouest. Cliquez sur la main pour revenir à la position initiale

2. Zoom : cliquez sur le bouton + pour effectuer un zoom avant sur le centre de la carte. Cliquez sur - pour effectuer un zoom arrière.

3. Curseur de zoom : faites glisser le curseur de zoom vers le haut ou vers le bas pour effectuer un zoom avant ou un zoom arrière.

4. Cliquez sur le bouton Glisser-zoomer, tracez un rectangle sur la carte, puis zoomez.

Fiche STEU

5. Marqueur représentant une station de traitement des eaux usées. La taille du marqueur est proportionnelle à la capacité nominale de la station. Une fenetre d'information s'affiche lorsque vous cliquez sur un marqueur ; elle contient des inforations sur la station.

6. Dans la fenetre d'information, cliquez sur Voir la Fiche pour obtenir des information supplémentaires sur la station.

Fiche qualité

7. Marqueur représentant une station de mesure du réseau RCS.

8. Dans la fenetre d'information, cliquez sur Voir la fiche pour obtenir des information supplémentaires sur les mesures réalisées sur cette station.

Légende carte

 
Crédits | Mentions légales | Contact
© Ministère de la Transition Écologique